Domaine du Grand Castelou
Route de Montfort, D32

11 100 Narbonne
Site Orange
Les débuts du téléphone dans l'Aude
par Georges Galfano

Comme vous le savez, l'invention du téléphone remonte au 14 février 1876, date à laquelle Graham Bell a déposé son brevet au bureau des patentes de Washington.
A Paris, les premiers abonnés au téléphone sont construits en 1879. Dans l'Aude, il semble que la première ligne téléphonique autorisée par les P.T.T. soit une ligne concédée par arrêté du 5 avril 1890, pour l'établissement d'une liaison entre le domicile et le magasin de Théophile, François d'Arnaudy, à Ouveillan.
Jusqu'au début du siècle les principaux réseaux se développent au hasard, dans le département, en fonction du dynamisme et de l'opportunisme des collectivités locales et des chambres de commerce.

Voici quelques dates d'établissement des premiers réseaux :
-13 avril 1891 : réseau privé de la Mairie de Carcassonne,
- 8 août 1892 : réseau urbain de Narbonne,
- 7 juillet 1896 : réseau urbain d'Ouveillan,
- 24 août 1896 : réseau urbain de Carcassonne,
-21 avril 1899 : réseau urbain de Coursan.

Les circuits interurbains sont construits :
- 20 mai 1895 : Toulouse-Carcassonne-Sète,
- 29 juillet 1895 : Ouveillan-Narbonne,
- 21 avril 1899 : Coursan-Narbonne,
- 17 mars 1900 : Lézignan-Corbières-Narbonne.

De toute évidence ce sont des nécessités économiques qui, dès la fin du XIX ème siècle, ont incité les communes concernées par le négoce du vin à financer les premiers réseaux téléphoniques dans le département.
La catégorie socio-professionnelle constituée par les propriétaires, négociants et courtiers en vin a saisi avec opportunité la plus-value offerte par le téléphone pour l'efficacité des transactions. De telle sorte que les réseaux urbains s'établissent dans les aires de production.
De même, les liaisons privilégiées se développent entre ces centres et les métropoles de négoce ou d'exportation.
Cet équipement à la carte ne va pas sans contrarier la vocation égalitaire de service public qui aurait dû être celle du téléphone, depuis sa nationalisation, en 1889. Mais l'administration des P.T.T. ne dispose pas encore d'un budget annexe de l'Etat, qui a des conceptions frileuses à l'égard de la croissance du réseau, n'est pas fâché de laisser l'initiative aux collectivités locales et particuliers qui acceptent de financer l'établissement de lignes et de circuits par le biais d'avances remboursables.
Cette erreur d'appréciation aura des conséquences néfastes sur l'équipement téléphonique qui sera fragmenté en micro-réseaux, au mépris de toute prévision structurelle à moyen et long terme.
Il faut attendre 1902 pour que cesse cet équipement anarchique et pour qu'un développement rationnel du réseau soit planifié.
En 1902, en effet, les conseils généraux prennent en charge le financement du réseau départemental. Des priorités sont hiérarchisées et une participation financière est demandée aux communes par voie de convention.

On a vu comment les centres viticoles avaient pris une part active dans la création des premiers réseaux.Avant que la crise ne vienne affecter la profession, la viticulture fournit, de très loin, le plus fort contingent des abonnés au téléphone. Dans les communes de l'est du département on recense de très nombreux propriétaires; négociants ou courtiers, mais aussi des professions subsidiaires largement représentées, comme celles de loueur de futailles, foudrier, ainsi que des sociétés de wagons-foudres. C'est l'âge d'or de la viticulture!
Mais la stagnation du réseau de Narbonne entre 1914 et 1925, comme le montre le tableau ci-dessous, indique bien que la place a été frappée de plein fouet par la crise.
Autre témoin nostalgique d'une ancienne industrie florissante, tombée en déconfiture depuis, l'annuaire de 1908 de la ville d'Esperaza compte, sur un total de neuf abonnés,sept professionnels de l'omnipotente chapellerie.

 
Narbonne
245
Carcassonne
168
Lézignan
50
Coursan
25
Limoux
23
Castelnaudary
19
Sallèles d'Aude
17
Quillan
12
 
Dates importantes du téléphone dans l'Aude

5 avril 1890 : Théophile- François d'Arnaudy d'Ouveillan obtient par arrêté ministériel la concession d'une ligne téléphonique entre son domicile et son magasin,

septembre 1891 : Mise en service du réseau téléphonique de secours de la ville de Carcassonne,

mars 1892 : Mise en service d'une liaison téléphonique Mairie de Carcassonne- Préfecture,

8 août 1892 : Inauguration à Narbonne du premier réseau urbain comportant 17 abonnés,

20 mai 1895 : Mise en service de la liaison interurbaine du Midi : Bordeaux-Toulouse-Carcassonne-Narbonne-Sète,

5 juin 1897 : Inauguration du réseau urbain de Carcassonne,

1er août 1899 : Le secrétaire d'Etat aux Postes et Télégraphes propose au département de coordonner le financement du réseau départemental : le Conseil Général emprunte l'avance du capital nécessaire ; les communes intéressées prennent en charge les annuités d'intêrets de l'emprunt ; le département est remboursé sur les produits bruts de l'exploitation.

31 décembre 1900 : Le département est desservi par 5 circuits interurbains :
-Carcassonne-Castelnaudary-Toulouse,
-Perpignan-Narbonne-Sète,
-Narbonne-Coursan,
-Narbonne-Sallèles d'Aude-Ouveillan,
-Carcassonne- Lézignan-Narbonne.
Il comporte 197 abonnés répartis dans sept réseaux : Carcassonne(57), Narbonne(81), Lézignan(21), Castelnaudary(8), Ouveillan(9), Coursan(12), Sallèles d'Aude(9).

16 mars 1901 : Signature d'une convention pour la construction de la première tranche du réseau départemental, comportant l'équipement de 47 communes,

1er avril 1906 : Transfert de la Poste, du Télégraphe, du Téléphone et de la Direction départementale des PTT dans le nouvel hôtel des Postes construit à Carcassonne (actuelle place de Lattre de Tassigny),

1906 : Construction du premier réseau téléphonique souterrain à Carcassonne,

1er mai 1913 : Transfert de la Direction des PTT Boulevard Jean Jaurès à Carcassonne,

16 février 1917 : Destruction du répartiteur du central téléphonique de Narbonne par un incendie,

1919 : Mise en service des positions d'annotatrices au central de Narbonne,

20 décembre 1920 : Destruction du réseau téléphonique narbonnais par une exeptionnelle tempête de neige et de verglas,

18 janvier 1921 : Mise en service de deux positions d'annotatrices à Carcassonne,

7 août 1927 : Mise en place de la batterie centrale intégrale à Narbonne. Puis Carcassonne ( 09/04/1931), Quillan ( 08/1936), Castelnaudary ( 22/06/1937), Limoux (02/09/1937), Lézignan ( 24/01/1938),

1932-1933 : Construction du premier câble souterrain à grande distance : Avignon-Carcassonne-Toulouse, avec embranchement de Narbonne à Perpignan,

22 février 1936 : Le Conseil général vote un cédit de 3,5 millions de francs pour l'installation de l'automatique rural dans le département. Il est mis en service dans les six groupements téléphoniques aux dates ci-après :
- Quillan : 1er septembre 1936
-Limoux : 2 septembre 1937
-Castelnaudary : 23 octobre 1937
-Carcassonne : 2 janvier 1938
-Lézignan : 3 mai 1938
-Narbonne : juillet 1939,

21 janvier 1969 : Inauguration du central automatique de Carcassonne-Iéna : commutateur de type Crossbar CP400 à 4.000 équipements initiaux, associés à un interurbain manuel à 38 positions d'opératrices,

16 juin 1969 : Régionalisation du service des lignes : Création de la Subdivision des Lignes de Carcassonne,

29 juin 1971 : Mise en service du central automatique de Narbonne Kennedy ( commutateur Cupidon de 3.200 équipements initiaux),

13 avril 1973 : Création des Centres principaux d'exploitation (CPE) de Narbonne et Carcassonne,

16 mai 1973 : Création de l'Agence commerciale des télécommunications (ACTEL) de Carcassonne,

3 décembre 1976 : Achèvement de l'automatisation intégrale du département par la mise en service du centre de secteur de Mouthoumet,

1978 : la Subdivision des Lignes de Carcassonne est transformée en Centre de Construction es Lignes ( CCL ),

6 novembre 1979 : Création de la Direction Opérationnelle des Télécommunications ( DOT ) de Narbonne,

6 septembre 1983 : Inauguration du central de Narbonne-Tuileries ( capacité initiale de 7.680 équipements électroniques).

Haut de page

Plan d'accès
Musée du Téléphone au Grand Castelou.

 

Cliquez pour agrandir

Salle d'opératrices Carcassonne en 1931.

 

Cliquez pour agrandir

Equipe des lignes Carcassonne 1937.

 

Cliquez pour agrandir

S.I.T. 1890

 

Cliquez pour agrandir

Ader 1880.

 

La Poste de Béziers et sa tourelle de lignes.

 

Histoire des Téléphones et Télégraphes dans l'Aude
par Georges Galfano
Editions Arhiscom

Croissance du téléphone dans l'Aude, évolution du nombre d'abonnés :
.
1900
1905
1908
1914
1925
1931
1970
1975
1980
1985
Carcassonne
32
137
165
310
610
760
.
.
.
.
Narbonne
35
205
245
338
330
690
.
.
.
.
Département
.
.
787
.
2300
3900
17260
29235
72910
118114
Nous contacter
04-Oct-2013